Entre deux mondes


Paysans bâtisseurs


Site classé


Publications

Site classé

 

Le village de Pégairolles de l'Escalette , formé dans un enclos écclésial au confluent de la Lergue et de la Doux, est un site inscrit par arrêté du 8 octobre 1968.


L'ancien donjon:

Vers l'année 1170, l'évêque Gaucelin de Montpeyroux fait construire à Pégairolles une tour carrée, crénelée, surmontée d'une tour de guet. Cette construction sera détruite en 1793.
Dans son étude, intitulée " Pégairolles : un château pour survivre " (1997), Marina Chedlivili parle de la tour du 12ème siècle en ces termes : " La tour était suffisamment spacieuse pour être habitable. Sa construction est très soignée , de plan quadrangulaire, mais dont il ne reste qu'une élévation. Son appareil de grès gris est pratiquement réglé. Quelques moellons sont posés en délit."

 






Le château:

1571 : Louis de Fabre achète la seigneurie de Pégairolles

L'aliénation de nombreuses seigneuries ecclésiastiques, au cours des guerres de religion, profite à une nouvelle catégorie de bourgeois de Lodève, qui, le plus souvent, sont en même temps des marchands. Le type le plus représentatif de ces nouveaux seigneurs est Louis Fabre, à l'origine, bourgeois et marchand dans la ville épiscopale. En 1568, il acquiert, du chapitre cathédral, la seigneurie de Villecun et, en 1571, il achète à l'évêque Alphonse de Verceil la seigneurie de Pégairolles, que ses descendants garderont jusqu'au milieu du 18e siècle. Son petit-fils, Louis, épousera, en 1615, Jeanne de Latude, de l'antique famille des Vissec de Latude, mentionnée dès 1110.
(Société archéologique de Montpellier, Dossiers Hébrard, Seigneurie de Pégairolles ; Appolis, p. 25).

 



Le dessin de la porte du Caire, présenté ci-dessus, a été réalisé en 1822 par Jean-Marie Amelin
  
     VIE DU VILLAGEMAIRIEVIE ECONOMIQUEPATRIMOINEACCESCONTACT     © 2003